iX Campus - Saint-Germain-en-Laye

Article

iX Campus, ESR technologique,
Saint-Germain-en-Laye, France

Concours lauréat : 2022
Livraison : 2025
MOA : iXcampus
AMO : BAM - Because Architecture Matters
Partenaires : Baumschlager Eberle Architekten architecte mandataire, DJAO-RAKITINE Landscape Architecture et AIA Life Designers
SDP : 13 100m²
Coût : 48M€ HT
Labels : RE2020, Démarche LBA, Passiv’Haus, BBCA, LEED, HQE, Living Building Challenge

Crédit perspectives : Jeudi.Wang

Le site profite d’une localisation privilégiée et d’une position stratégique au cœur de la forêt domaniale de Saint-Germain-en-Laye, au croisement d’infrastructures ferroviaires et routières majeures et bénéficie d’une forte attache au centre ville et à son territoire. 

Dans ce contexte urbain mêlant tissu pavillonnaire et étendues de forêts, un patrimoine architectural et historique fort marque par sa présence les évolutions successives de ce site au passé industriel comme le regard d’Hennemont (1797), le château Saint-Léger (1886) réhabilité par Dominique Perrault en 1991, le Château d’Hennemont (1907), ou encore le bâtiment A du site, coconçu par Jean Prouvé en 1952.

Le but est de proposer un projet qui s’intègre dans le plan urbain du secteur tout en respectant l’identité de parc et de composer ce nouveau dessin de campus dans la continuité d’une conception issue du dialogue des différents «bâtiments objets» qui s’y trouvent. Cette manière de réfléchir le projet se rapproche des tableaux de Kandinsky où la beauté des objets n’est pas suffisante, ce sont leurs interactions entre eux qui créent l’émotion.

Extensions des bâtiments A et B : Light is right 
Intervenir sur une construction existante, qui plus est celle de Jean Prouvé, est un exercice d’habilité et d’humilité dont doivent faire preuve les concepteurs.
Pour les extensions des bâtiments A&B, nous avons choisi un mode constructif simple, léger et sériel. L’étude de la façade existante du bâtiment A nous a poussé à étendre la géométrie des pilastres habillés en pierre par Prouvé. Nous avons choisi un système de poteaux moisants et poutres moisées en bois très fins, dont la trame épouse les piles en contrebas. Le rythme se dédouble progressivement dans l’ossature porteuse des extensions et se redécoupe également dans les châssis de fenêtres élançant ainsi le nouveau dispositif. Telle une feuille en toiture, la couverture d’une grande légèreté (en cassette métallique poli miroir) vient recouvrir délicatement les bureaux de IXblue et les pépinières crées. Les réflexions générées par les vitrages et le métal du nouveau dispositif abstraient la notion de sol et de ciel et reflètent ainsi le paysage. Enfin, de larges terrasses parachèvent les constructions et cadrent des vues tantôt vers le château tantôt vers l’entrée du Parc des Sculptures ou plus au loin vers la forêt domaniale de Saint-Germain-en-Laye. Ce rapport attendu avec le grand paysage met en exergue une approche multi échelles de l’intervention de notre groupement.

Le Pavillon Est : Le Cénacle
La position en proue de ce nouveau bâtiment marque l’entrée et la sortie ouest de Saint-Germain-en-Laye. De facto, sans en être le signal, il en est un élément visible, remarqué et remarquable du site. Nous avons cherché à traduire l’ancrage du campus à l’échelle territoriale et à enraciner symboliquement (et durablement) l’enseignement au sein de la commune. Pour ce faire nous avons choisi d’exprimer la pierre pour habiller et porter ce projet. La légitimité de cette attitude constructive est née tant d’une forme d’hommage historique à la pléiade de monuments de matérialité idoine qu’à la présence de carrières limitrophes à notre site de construction. Nous choisissons en effet les pierres de Saint Maximin ou de Saint Leu, lointaines d’une cinquantaine de kilomètres de notre parcelle, pour édifier le bâtiment de l’ESR. Ce sont aussi les pierres qui, acheminées par la Seine, ont construit le château de Saint-Germain-en-Laye.
Ne souhaitant pasticher nullement l’architecture de la période médiévale, nous avons souhaité travailler ici une sculpture tellurique qui épouse la morphologie du site.
Un arc tendu vient définir la façade nord, en retrait du bâtiment tandis que sa volumétrie s’articule comme un parallélépipède évasé vers la pointe est du campus. Cette action « eurythmique » est retranscrite en élévation sur la pointe nord-ouest de l’édifice. Il permet d’élever notre architecture, encaissée dans la topographie parcellaire, afin de respecter une hauteur de 9m en tout point par rapport au terrain naturel avant travaux. Enfin l’espace intérieur du bâtiment est pensé pour activer la rencontre des usagers et fluidifier leur parcours. Des espaces en double hauteur connectent les niveaux des classes et les espaces d’aménités (cafétéria, accueil, détente) du projet.
A rez-de-chaussée, la connexion visible entre les espaces intérieurs de l’ESR et extérieurs du parvis amorcent une nouvelle histoire, fertile, de Saint-Germain-en-Laye.